Les protéines et l’effet coupe-faim

Par le 29 oct - Mutuelle, Santé

Une équipe de chercheurs dirigée par Gilles Mithieux, directeur de l’Unité Inserm 855 « Nutrition et cerveau » à Lyon a expliqué dans la revue «Cell» avoir réussi à déchiffrer les mécanismes biologiques coupables de cette propriété des protéines.

Le dispositif s’explique par des permutations entre le système digestif ainsi que le cerveau.

Pour un conseil nutrition, les protéines alimentaires se trouvent pour la plupart dans la viande, le poisson, les œufs ainsi que dans certains produits céréaliers.

Les personnes qui ont des problèmes de santé à cause d’une mauvaise alimentation doivent consulter un médecin afin de suivre un traitement.

Il est aussi important de souscrire à une mutuelle santé moins chère dans le but de recevoir les remboursements.

Cette souscription se fait grâce à un devis mutuelle santé.

« Sollicités trop fortement, ces récepteurs peuvent devenir insensibles. Il faudrait donc trouver le meilleur moyen de les inhiber « modérément », afin de garder leur effet bénéfique à long terme sur le contrôle de la prise alimentaire« , selon les explications de l’auteur de ces recherches Gilles Mithieux.

D’autres travaux avant cela ont expliqué que l’ingestion de protéines alimentaires provoque une synthèse de glucose au niveau de l’intestin, les périodes d’assimilation des repas.

Le glucose est libéré dans la circulation sanguine puis par la suite détectée par le système nerveux, qui donne au cerveau un signal « coupe-faim ».

Premièrement, les oligopeptides venant de la digestion des protéines agissent sur des récepteurs identifiés par l’équipe de chercheurs au niveau de la veine qui donnent un avertissement par la voie du nerf vague et par la voie spinale vers les zones du cerveau qui concerne la réception de ces messages.

Par la suite, le cerveau retourne un message qui déclenche la formation de glucose par l’intestin.

Les détecteurs de glucose envoient par la suite un message « coupe-faim » dans les zones du cerveau qui gèrent la prise alimentaire, comme notamment l’hypothalamus.

Les recherches de l’équipe de Gilles Mithieux ont pour but de décrire comment la digestion des protéines engendre un double cercle de réactions en chaîne incluant le système nerveux périphérique ventral et dorsal.

Ces différentes recherches seront une piste thérapeutique dans le traitement du surpoids ainsi que l’obésité.

Actuellement, la question est comment simuler l’action des oligopeptides et agir sur ces récepteurs ans le but de régler durablement le sentiment de répulsion.

Elles sont souvent conseillées dans les régimes afin de perdre poids, comme notamment dans le régime Dukan.

Sites à voir:
pour maigrir retrouvez tous nos conseils

Commentaires fermés sur Les protéines et l’effet coupe-faim

Les commentaires sont fermés.