Médecine traditionnelle: ce qu’il faut savoir sur l’artemisia annua

Par le 27 Avr - Santé

artemisia annua

L’Artemisia annua est une plante médicinale dont l’utilisation est signalée depuis longtemps en Chine, où elle est connue localement sous le nom de qinghao. Elle est maintenant cultivée commercialement dans de nombreux pays africains. Dans cet article, découvrez ce qu’il faut savoir sur l’artemesia annua.

L’artemesia annua, une plante antipaludique

Aussi connu sous le nom d’absinthe douce, l’artemesia annua produit de l’artémisinine et les dérivés de ce composé sont de puissants antipaludiques. L’artémisinine est une lactone sesquiterpène endoperoxyde qui est efficace contre le paludisme multirésistant et est également connue pour agir sur le plasmodium falciparum, l’espèce de plasmodium qui cause le paludisme cérébral. L’efficacité clinique de ce médicament et de ses dérivés est démontrée par une réduction immédiate et rapide de la parasitémie après traitement.
Depuis que l’OMS a recommandé l’utilisation de combinaisons thérapeutiques à base d’artémisinine contre le paludisme en 2001, un certain nombre d’autres formes d’Artémisia Annua bienfaits sont apparues comme des remèdes antipaludiques, notamment des sachets de thé fabriqués à partir des feuilles de la plante.

L’utilisation de l’artemesia annua dans les pays africains

L’artémisinine a été isolée pour la première fois en 1972 et a servi de prototype à de nombreuses versions semi-synthétiques telles que l’arteether et l’artemether. Ces composés ont une solubilité accrue dans les vaccins et ont des activités antipaludiques améliorées. Cependant, bien que ces molécules synthétiques et semi-synthétiques soient largement testées, le paludisme reste une grande menace pour les pays afrincains, où ces médicaments antipaludiques modernes ne sont pas disponibles pour le grand public.
Dans les pays plus pauvres, des essais randomisés ont été réalisés pour évaluer l’efficacité d’une tisane traditionnelle à base de feuilles d’Artémisia Annua, en particulier pour le traitement du paludisme simple. Il a été observé qu’après 7 jours de traitement, les taux de guérison étaient élevés (74%). Malheureusement, les essais ont également confirmé que la recrudescence était élevée et, par conséquent, la monothérapie avec Artémisia annua ne pouvait pas être recommandée comme traitement alternatif potentiel pour cette maladie. Une combinaison de ces traitements a cependant été recommandée.

L’artemesia annua dans d’autres pays

Bien que l’Artémisia Annua asiatique soit maintenant cultivée sur le continent africain, communément appelée absinthe africaine, elle est plus couramment utilisée en médecine traditionnelle contre les infections et la fièvre paludéenne. L’huile essentielle d’Artémisia Afra est exceptionnellement variable et sa composition dépend de son origine géographique. La prochaine question à aborder est la rapidité avec laquelle le paludisme fera évoluer la résistance à l’artémisinine. Les observations récentes en Asie du Sud-Est et en Afrique subsaharienne sont préoccupantes. Par exemple, il a été signalé que les parasites du paludisme d’Afrique subsaharienne pourraient acquérir des mutations qui les rendraient résistants à l’artémisinine, l’épine dorsale de la nouvelle thérapie antipaludique. Une équipe de chercheurs du Canada et du Royaume-Uni a étudié les parasites obtenus de voyageurs qui sont revenus au Canada avec le paludisme après des voyages à l’étranger d’Afrique, dont l’Angola, le Cameroun, le Congo, le Ghana, le Kenya, le Libéria, le Nigéria et la Tanzanie entre avril 2008 et janvier 2011. Ils ont découvert que 11 des 28 parasites cultivés en laboratoire avaient une mutation qui les rendait résistants à l’artéméther. Il est également rapporté que bien que les parasites montrent une résistance aux médicaments chez les patients atteints de paludisme en Asie du Sud-Est, les mêmes souches ne sont pas identifiées comme résistantes dans les études de laboratoire, ce qui suggère que la relation entre les études de laboratoire et le traitement des patients n’est pas directe. Il est donc suggéré que la propagation de la résistance peut être exacerbée par la mauvaise qualité des antipaludiques, qui ne tuent que les parasites les plus faibles et permettent aux plus aptes de survivre.

L’artemesia annua contre la Covid19

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) accueille les innovations dans le monde entier, notamment la réutilisation des médicaments, les médicaments traditionnels et le développement de nouvelles thérapies dans la recherche de traitements potentiels pour lutter contre la COVID-19.
L’OMS reconnaît que la médecine traditionnelle, complémentaire et alternative présente de nombreux avantages et que l’Afrique a une longue histoire de médecine traditionnelle et de praticiens qui jouent un rôle important dans la fourniture de soins aux populations. Des plantes médicinales telles que Artemisia annua sont considérées comme des traitements possibles pour la COVID-19 et devraient être testées pour leur efficacité et leurs effets secondaires indésirables. Les Africains méritent d’utiliser des médicaments testés selon les mêmes normes que les gens du reste du monde. Même si les thérapies sont dérivées de la pratique traditionnelle et naturelles, il est essentiel d’établir leur efficacité et leur innocuité grâce à des essais cliniques rigoureux.

Commentaires fermés sur Médecine traditionnelle: ce qu’il faut savoir sur l’artemisia annua

Les commentaires sont fermés.